SB 04306

 

Nous avons trois projets en cours présentement.

1- Étude de la plasticité dans l'hémisphère non-atteint à la suite d'une lésion ischémique

À la suite d’un accident vasculo-cérébral (AVC) dans le cortex moteur, les patients ont plusieurs déficits incluant une perte de fonction du bras et de la main. Cependant, dans les semaines qui suivent la lésion, les patients ont une récupération motrice. Un nombre impressionnant d’études suggèrent que cette récupération est supportée par une plasticité ou réorganisation adaptative survenant dans d’autres régions du cerveau. Les changements dans l’hémisphère cérébral ayant subi la lésion (ipsilésionnel) sont généralement considérés comme favorables à la récupération. Par contre, le rôle des changements dans l’hémisphère opposé à la lésion (contralésionnel) est controversé. Certaines études suggèrent que la plasticité dans cet hémisphère supporte la récupération motrice alors que d’autres suggèrent qu’elle nuit à cette récupération.

Dans ce projet, nous allons enregistrer l’activité de neurones dans plusieurs aires contralésionnelles à l’aide d’implants chroniques, pendant les mois qui suivent une lésion ischémique chez le singe. Nous allons étudier les changements de l’activité neuronale qui est associée à la récupération de la fonction de la main et identifier les changements qui sont non reliés ou même qui nuisent à cette récupération. L’information produite sera extrêmement utile pour augmenter notre compréhension du rôle du cortex contralésionnel et favorisera le développement de protocoles expérimentaux modulant l’activité du cerveau pour augmenter la récupération suivant l’AVC.

2- Les effets de la réadaptation sur la réorganisation du cortex contralésionnel suivant des lésions ischémiques chez le rat 

Ce projet est aussi en lien avec le rôle de l'hémisphère contralésionnel dans la récupération du membre parétique. Dans cette série d'expériences, nous étudions les mécanismes par lesquels la réadaptation peut influencer la plasticité et augmenter la récupération à la suite d'une lésion. Nous combinons des techniques d'électrophysiologie et de neuroanatomie dans le modèle de 'réadatation enrichie' développé dans le laboratoire de notre collaborateur, le Dr Dale Corbett à l'Université d'Ottawa. 

À la suite d'une lésion, l'hémisphère contralésionnel peut aider à la récupération motrice du membre parétique (Biernaskie et al., 2005). Le role de l'hémisphère contralésionnel semble influencé par le volume de la lésion. Une inhibiton du cortex contralésionnel chez des rats qui ont récupéré d'une lésion de grand volume induit des déficits profonds au membre parétique. Une telle inhibition chez des rats contrôles ou des rats ayant récupéré d'une lésion de petit volume affecte beaucoup moins la fonction du membre parétique. Quel est l'effet de la réadaptation sur la réorganisation et le rôle du cortex contralesionnel?  

3- Effets des interactions cortico-corticales sur le output du cortex moteur primaire

Le cortex moteur primaire (M1) joue un rôle clef dans le contrôle du bras et de la main chez le primate. M1 reçoit des inputs de nombreuses aires corticales, en particulier des aires prémotrices et du cortex somatosensoriel primaire (S1). Présentement, nous comprenons très peu comment ces connections contribuent à la planification et à la production des mouvements. L’objectif général de ce projet est donc d’étudier l’influence des inputs provenant de diverses aires prémotrices, et de S1 sur M1.

Chez le singe capucin, nous allons donc étudier les inputs de l’aire motrice supplémentaire (SMA), le cortex prémoteur dorsal (PMd) et le cortex ventral (PMv), et S1. Nous utiliserons des traceurs neuronaux pour étudier l’organisation topographique des projections de ces diverses aires corticales dans M1. Nous allons aussi étudier l’effet des ces projections sur le output de M1 à l’aide de protocoles de stimulations corticales et d’enregistrements de l’activité électromyographique. Ces projets contribueront à notre compréhension des interactions corticales et du rôle des aires prémotrices, et de S1, dans le contrôle des mouvements du bras et de la main.